Vignes

« Le jus de la vigne clarifie l’esprit et l’entendement. »

François Rabelais


Nos vignes :

Treize cépages différents composent notre vignoble et permettent l’élaboration de rosé d’appellation d’origine protégée Languedoc et de vins d’Oc d’identification géographique protégée (blanc, rouge et rosé) :

AOP rouge et rosé :

  • Syrah : 22 ha

La Syrah donne des vins puissants, colorés avec des arômes d’épices comme le poivre, violette, pruneau, cuir. Propice au vieillissement pour révéler tout son potentiel, il peut être nécessaire de carafer le vin à l’ouverture. Ce cépage est souvent assemblé avec le Cinsault, le Grenache noir, le carignan et le Mourvèdre. La syrah est également la base des rosés AOP LANGUEDOC.

  • Grenache noir : 10 ha

Cépage méditerranéen par excellence surtout présent en France et en Espagne. Il offre une bonne résistance à la sècheresse et à certaines maladies.
Vins forts en alcool et structurés, peu acides, aux arômes de fruits cerises, framboise mais aussi de pruneau ou de figue relevé par des notes de cacao, de café et d’épices.

AOP blanc :

  • Roussanne : 2,4 ha

Adaptée aux sols calcaires et caillouteux, elle donne des vins élégants fins et complexes aux notes plutôt florales, délicates fraiches du chèvrefeuille, de l’iris et de la pivoine, mais aussi du café. Ce cépage est à la base de notre cuvée MAZERS blanc.

  • Grenache blanc : 3 ha

Ce cépage médiéval originaire d’Espagne dont la présence est majeure dans les productions méridionales, offre des saveurs corsées et rondes en bouche. Notes florales, fruitées et herbacées (ajonc). En assemblage le grenache blanc est une pépite, il révèle les potentialités de la Roussanne.

Vin de Pays d’Oc rouge et rosé :

  • Merlot : 10 ha

Le merlot tirerait son nom des merles qui apprécient particulièrement les grains de ses grappes. Assez résistant mais sensible aux gelées, il n’apprécie pas les sols trop secs.
Il se caractérise par des arômes de fruits noirs comme la cerise noire, la mûre et le cassis.

Vous obtenez également des arômes de truffe, violette, prune, chocolat pour des vins charnus et onctueux.
Il peut se boire relativement jeune, mais les grands crus peuvent vieillir une ou deux décennies avant d’atteindre leur maturité optimale.

  • Cabernet sauvignon : 3,6 ha

Il est implanté et célèbre dans le monde entier dans une myriade de climats. Il est issu du croisement du Cabernet Franc et le Sauvignon Blanc par des vignerons français au XVII ème siècle pour créer un cépage unique.
Il donne des vins puissants et tanniques avec comme expression variétale des arômes de petits fruits noirs sur la jeunesse (cassis, mûre), des arômes végétaux de poivron lorsqu’il manque de maturité et des arômes de musc, de cuir sur l’évolution.

  • Cinsault : 3,3 ha

Le Cinsaut est un vieux cépage, cépage noir à jus blanc d’origine provençale qui résiste bien à la sècheresse mais s’avère plus sensible aux parasites.
Le Cinsault produit des vins fruités, faciles à boire, peu acides, faible en alcool et en couleur. Il est utilisé en assemblage afin d’obtenir des vins plus harmonieux.
Avec des arômes de fruits rouges comme la framboise, de fruits secs et de fleurs blanches, il est à la base d’excellents rosés.

  • Caladoc : 3,5 ha

Ce cépage est le croisement de Grenache et de Cot réalisé par un ingénieur de l’INRA en 1958.
le Caladoc propose des vins rouges fruités, tanniques.
C’est en rosé qu’on l’apprécie le plus, avec des notes fruitées intenses, rappelant la fraise, la grenadine et les agrumes.

  • Marselan : 7,4 ha

Cépage français issu de recherches de l’INRA pour tirer le meilleur des caractéristiques du cabernet sauvignon et du grenache.
Il donne des vins équilibrés, aromatiques, moyennement corsés. Il est apprécié pour ses arômes fruités de cassis, ses notes épicées et ses tanins soyeux.
Il s’avère d’une bonne aptitude à la garde.

Vin de Pays d’Oc blanc :

  • Chardonnay : 1,3 ha

Le cépage blanc le plus connu dans le monde. D’origine bourguignonne, appréciant les sols argilo-calcaires est aussi sensible aux gelées printanières.
Il donne des vins amples, élégants et fruités s’exprimant sur des arômes de fleurs blanches comme l’acacias, de fruits blancs mais aussi sur des notes aux saveurs de noisette, d’amande, de brioche et d’agrumes pour les vins jeunes et selon les terroirs.

Avec sa robe jaune d’or scintillant à reflets verts, le chardonnay fait le bonheur des sommeliers pour les accords mets/vins. Il est compatible aussi bien avec des fruits de mer, du poisson, des viandes blanches, du fromage ou tout simplement à l’apéritif en after work.

  • Sauvignon : 5,75 ha

Ce cépage blanc originaire du Bordelais et de la vallée de la Loire est mondialement cultivé. Le Sauvignon est à la base de vins liquoreux et de vins blancs secs parfumés.
C’est une plante vigoureuse qui est malgré tout sensible à l’oïdium et à la pourriture grise.
Ce cépage expressif produit des vins secs, avec une fraicheur marquée.
Il présente des vins aux saveurs aromatiques plutôt herbacées : des arômes végétaux de buis, bourgeon de cassis.

  • Viognier : 2,7 ha

Originaire de la vallée du Rhône, le Viognier est un cépage blanc probablement issu de la culture de vignes sauvages.
Il est peu fertile, même s’il apprécie les sols pauvres, caillouteux et secs. Il résiste bien à la sécheresse.
Le Viognier produit des vins blancs racés et très parfumés qui développent des arômes de fleurs blanches, d’abricot sec, de pêche, et fruit à chair blanche et de miel. Peu marqué par l’acidité, il est vinifié seul en vin de pays dans le sud de la France. Il est très intéressant de le vinifier en assemblage avec la Syrah, cela donne des vins rosés de gastronomie.

  • Floréal, un cépage résistant : 1,5 ha

Ce cépage est issu du programme ResDur, initié à l’Inra de Colmar en 2000, et inscrites au catalogue officiel depuis janvier 2018. Il offre la particularité d’une très bonne résistance au mildiou et à l’oïdium. L’esprit curieux et innovant de Val des Bruyères se devait de tenter l’expérience !
Cette variété permet d’élaborer des vins très expressifs et aromatiques aux arômes de fruits exotiques, de buis et de thiols.


Sur l’exploitation, nous avons toujours fait le choix de livrer les raisins à une cave coopérative pour la vinification et la commercialisation.


Aujourd’hui, c’est à Fontès, à la cave La Fontésole, que Philippe et Stéphane apportent leurs vendanges.

Retrouvez notre production transformée et distribué par LA FONTESOLE.

Pour Philippe et Stéphane, le collectif est essentiel, tant pour la défense de la qualité des produits et du métier que pour le partage du progrès et des innovations.

Ainsi, Stéphane est fortement engagé dans la gestion de l’AOP Languedoc et de la future appellation Pézenas, ainsi que dans les groupements de lutte contre les organismes nuisibles.

De son côté, Philippe est très impliqué sur le dossier de l’emploi et de la formation en agriculture. Et il suit également de très près les travaux conduits en viticulture durable et responsable, notamment avec Terra Vitis Rhône-Méditerranée.

Pour nous épauler à conduire les 80 hectares de vignes, il est fait appel à des saisonniers notamment pour les opérations de taille et de renouvellement des plantations.

Nous travaillons en viticulture raisonnée TERRA VITIS depuis plus de 20 ans.

Nous souhaitons améliorer nos process de production en permanence, au gré des innovations techniques mais aussi sociales.

Nous faisons le choix de travailler le plus possible avec de la main d’œuvre locale, et de fidéliser nos salariés saisonniers.

Nos fournisseurs sont aussi situés dans notre bassin de vie.

Notre adaptation au changement climatique qui est déjà là : nos cultures ne sont pas irriguées. Nous choisissons d’améliorer nos sols avec de la matière organique fraiche, pour cela nous enherbons nos vignes l’hiver. Nous avons amélioré sensiblement la capacité de rétention en eau de nos sols, mais aussi nous stockons du carbone atmosphérique, la biodiversité s’en voit bonifiée pour la flore et la faune. Tout ceci permet de réduire significativement les agressions du sol et l’érosion climatique.

Tous les abords de parcelles sont entretenus de la façon la plus douce possible pour favoriser la biodiversité : plantation de haies, d’arbres isolés, gestion douce des tontes, abris naturels pour la faune (insectes, pipistrelles). Un travail sur la durée est engagé, chaque année nous essayons de planter arbres et arbustes.

Engagés dans des démarches vertueuses et progressistes, nous sommes pleinement impliqués dans nos interactions économiques, sociales et environnementales. Nous sommes conscients de notre rôle d’acteur direct, responsable et déterminé garant de la préservation de notre environnement rural.